Des chiffres biaisés pour enfumer les citoyens

Méfiez-vous des chiffres annoncés par les opérateurs.
Si parfois leurs chiffres sont vrais, c’est pour cacher la vérité.
Exemple : partout vous ne voyez que des chiffres mirobolants de puissance installée (Kw)… c’est pour cacher la production réelle (KWh) qui est très faible.
Pourquoi ?
Le facteur de charge.
C’est le pourcentage de production par rapport à la puissance installée. En France, nous sommes autour des 20%. Ce qui signifie que une machine n’est efficace que sur 1/5ème de sa durée de vie, soit 4 ans sur 20.
https://fr.statista.com/statistiques/562781/electrique-eolien-facteur-de-charge-moyen-selon-region-france/
Autre source (nationale pour 2017 par exemple) https://bilan-electrique-2017.rte-france.com/production/23-eolien/232-la-production-eolienne/la-production-eolienne-en-detail/le-facteur-de-charge-eolien-mensuel/#

Car il n’y a pas de vent suffisant en permancence, obligeant à compléter cette intermittence délétère, par du charbon, du gaz et bien entendu, du nucléaire.

2. La destination de l’électricité produite

Les opérateurs annoncent : “une production pour 50000 foyers”… mais sans ECS ni chauffage, les deux domaines les plus énergivores et source de CO2.

L’éolien industriel n’a pas vocation à fournir du courant pour les besoins essentiels de l’être humain. Mais alors pourquoi ces monstres sont-ils faits ? L’éclairage, les smartphones… voilà un bien maigre intérêt à cette énergie dangereuse.

Faut-il déforester encore plus, stériliser des terres, détruire la faune, la flore et les insectes,  pour faire fonctionner lampes et téléphones portables ?

Il est urgent de s’interroger sur notre modèle de consommation / production pour revenir à une empreinte soutenable de l’être humain sur sa planète !